Retour page d'accueil

Les villages où ont vécu nos ancêtres

(source: www.charente-limousin.com)

 

Adolphe Joanne, auteur du Dictionnaire Géographique et de l'Itinéraire général de la France, définissait ainsi en 1883 la Charente : "Le département de la Charente a pris son nom du fleuve étroit, mais profond et limpide, qu'Henri IV appelait le plus beau ruisseau de son royaume, - la Charente, - qui y arrose une gracieuse et verte vallée."
La Charente fut formée en 1791 pour partie des provinces d'Angoumois, de Saintonge, Poitou, Marche, Limousin, Périgord.
C'est une région de contraste entre la partie granitique aux "terres froides" et la région calcaire et crétacée aux "terres chaudes"
Les "terres froides"
La Charente-Limousine est une terre de granit, de porphyres, de schistes cristallins, de landes ou brandes, de genêts, de bruyères. La Vienne, large et rapide coule sur un lit de rochers, alimentée par les nombreux ruisseaux, bordée de grasses prairies.
Les étangs se blottissent dans les agrestes vallons de cette terre d'élevage, de seigle, de lin, boisée de châtaigniers, chênes, hêtres, bouleaux, et charmes.
Les "
terres chaudes"
C'est une contrée de plateaux mamelonnés, de collines nues, portant des arbres fruitiers, de champs de céréales dans des terrains pierreux et secs, égayée par les charmantes vallées qui y sont creusées.

 

 

Voici quelques-uns des villages où vécurent nos ancêtres:

 

Charente :
Blanzaguet St Cybard Combiers   Courgeac
Edon Garde le Pontaroux Gurat
Juillaguet Magnac-Lavalette-Villars Mouthiers sur Boeme
Ronsenac Rougnac Saint-Amand de Montmoreau
St Cybardeaux Segonzac Vaux-Lavalette 
Villebois-Lavalette

 

 

Dordogne :
Allemans Argentine  Auriac de Bourzac
Bertric Burée Champagne Coutures
Gouts-Rossignol

La Rochebeaucourt

Mareuil 
St Martial Viveyrol St Sulpice de Mareuil Ste Croix de Mareui

 

 

 

Retour page d'accueil

 

CHARENTE

 

Blanzaguet Saint-CybardBlanzaguet.jpg (130560 octets)

(en occitan charentais: Blanzaguet)

 

Etymologie
de Blanzagueto (Lib. feod.). "Blanzac-le-Petit". Saint-Cybard. V. Jean Talbert, 1928

Données géographiques
Sup. 741 hect. 4 ares; pop. 346 hab. - Occupé par le terrain crétacé du grès vert (terrain de Groies). - Baigné par la
Lizonne et le Nouthon. - Moëllons. - Tourbe. -Altit. 102m à Blanzaguet. (H. Coquand). - 482 hab (Adolphe Joanne, 1883).

Situation
Saint-Cybard
bâti dans un bas-fond était une cure dépendant de l'archiprêtrise du Peyrat, ressortissait de la baronnie de Villebois pour la justice. Le bassin du Voultron, tourbe.
Le Peyrat, dans la vallée du Voultron, résidence du docteur Henri-Martin, préhistorien; puis sa fille Henriette fouillèrent la grotte de la Quina. Sa propriété abritait un laboratoire de recherches.

Curiosités
Ensemble cohérent, château, jardins, parcs, fortifications. - Eglise et son cimetière.

 

haut de page

Retour page d'accueil

 

CombiersCombiers.jpg (125997 octets)

(en occitan charentais: Combiers)

Etymologie
de
Comberiis, de Comberio (Pouillé, III, 96). Cumborios, "le Confluent". Combiers est au confluent de la Lisonne et du ruisseau de la Lande. Cumborio- est un terme de nom gaulois, venant de comboro, qui paraît avoir le même sens que l'irlandais commor: rencontre, confluent (Dottin). On a cherché aussi dans Cambolectri l'étymologie de Combiers (B.S.A., 1865, 82). (Jean Talbert, 1928).

Données géographiques
Sur la Nizonne, limite entre Charente et Dordogne. Sup. 2,395 hect. 96 ares; pop. 609 hab. - Occupé par la craie blanche et le terrain tertiaire. - Mines de fer dans les environs de Métayers, du Temple et de la Grange-de-la-Forêt. Haut-fourneau. - Altit. 205m au Nord dans la forêt de Rochebeaucourt. (H. Coquand, 1862); [1883] 504 hab (Adolphe Joanne); [1999] INSEE 127hab.

Curiosités
Environs:

Haut de page

Retour page d'accueil

 

CourgeacCourgeac.jpg (109144 octets)

 

Etymologie

de Corgiaco (Lib.feod.); de Gorgiaco (Pouillé, II, 340). *Gorgiacum, "dom. de *Gorgius", nom gallo-rom. dérivé de gorgo-, terme de nom propre gaulois (Dottin). (Jean Talbert, 1928)

 

 

Données géographiques

Sup. 1,842 hect. 30 ares; pop. 615 hab. répartis dans 38 hameaux dans une zone très boisée.. Occupé par la craie blanche et le terrain tertiaire. - Tuileries. - Altit. 109m à la Tuilerie. (H. Coquand, 1862). - 558 hab (Adolphe Joanne, 1883). Commune essentiellement agricole, comporte un commerce de bestiaux, un point de vente de viande limousine et une exploitation de légumes biologiques.

 

Curiosités

Haut de page

Retour page d'accueil

 

 

EdonEdon.jpg (151420 octets)

(en occitan charentais : Aidon)

 

 

Etymologie

In villa... Aidomno 1020 (Cart. égl. Ang.); de Eydon 1275 (B.S.A., 1882, 95); de Esdona, de Exdom, 1380 (Pouillé, III, 98); Eydon 1732 (D.T. Dordogne). Ante Dominum, "Devant le Saint". V. Eymoutiers, Ante monasterium. Dominus, employé seul ici, désigne le plus grand des saints, le premier apôtre, le fondateur de l'Eglise: saint Pierre. Si cette interprétation est exacte, il en résulte qu'avant l'église actuelle, qui date du XIe siècle, il y eut à Edon un sanctuaire consacré à saint Pierre, autour duquel se groupa le village. Jean Talbert, 1928.

 

Données géographiques

Sup. 1,646 hect. 31 ares; pop. 873 hab. - Occupé par l'étage provencien et le terrain tertiaire. - Pierres de taille (dures) à Périllaud. - Altit. 183m au Sud.(H. Coquand, 1862). - 623 hab (Adolphe Joanne, 1883).

 

Curiosités

 

 Haut de page

Retour page d'accueil

 

 

Gardes-le-PontarouxGardes.jpg (119616 octets)

(en occitan charentais : Garda)

 

Etymologie

de Garda, de Guarda (Lib. feod.); de Guardia, de Yguardia 1380 (Pouillé, III, 100). Guarda, du vieux-haut-allemand warta, "garde", est un lieu facile à garder et à défendre. Jean Talbert, 1928

 

Données géographiques

Sup. 1,382 hect. 49 ares; pop. 690 hab. - Occupé par le grès vert et les sables tertiaires. Altit. 143m au Sud. (H. Coquand, 1862). - 470 hab (Adolphe Joanne, 1883).

 

Situation

Situé sur le plateau qui sépare la Charente et la Gironde, à la croisée de la vallée du Voultron et de la D939, Gardes marque l'entrée dans le pays d'Horte-et-Lavalette.La commune s'organise autour de deux pôles: la mairie et l'école à Pontaroux, l'église et le cimetière à Gardes. En fait, le développement de Pontaroux ne date que de la fin XIXe en raison de l'essor de l'axe Angoulême-Périgueux.

 

Curiosités

 

 Haut de page

Retour page d'accueil

 

 

GuratGurat.jpg (88330 octets) gurat_l-eglise-_16162002.jpg (24841 octets)

(en occitan charentais :'Gurac)

 

Etymologie

de Auguraca XIIIe siècle, de Exgurata 1380, de Anguraco 1430, de Guraco, Gurac (Pouillé, III, 101). V. aussi D.T. Dordogne, V. Gurat. On connaît un exemple d'Augur employé comme cognomen (de Vit). Jean Talbert, 1928

 

Données géographiques

Sup. 1,613 hect. 50 ares; pop. 650 hab. - Occupé par la craie blanche, terrain tertiaires et l'étage santonien. - Prairies. - Tourbe. Pierre de taille au Maine-aux-Anges (mauvaises). Altit. 163m à l'Ouest. (H. Coquand, 1862). - 553 hab (Adolphe Joanne, 1883).

 

Situation

Perché sur une falaise calcaire au confluent de la Lizonne et du Ronsenac.

Berceau de la famille Déroulède. Paul Déroulède, (1845-1914), député de la Charente a vécu dans la propriété de famille "l'Angely". il y écrivit les "Chants du Soldat". Son buste trône dans le square de Gurat.

 

Curiosité

 

 Haut de page

Retour page d'accueil

 

Juilllaguetjuillaguet.jpg (111444 octets)

(en occitan charentais: Julhaguet)

 

Etymologie

de Juliaco 1146, de Julac (Cart. égl. Ang); Julhiac 1405 (Lib. feod.) Juillac-le-Petit. V. Juillac-le-Coq. "On trouve souvent Juliacum prope Carmentum [Charmant], quelquefois Juliaguetum" (Cart. égl. Ang., 148, N. 2). Jean Talbert, 1928 

 

Données géographiques

Sup. 726 hect. 82 ares; pop. 255 hab. - Occupé par la craie blanche, et terrain tertiaires. Altit. 176m à Juillaguet. (H. Coquand). - 231 hab (Adolphe Joanne, 1883).
Juillaguet étage ses maisons sur le versant d'un coteau dominant la source de la Tude. Vue sur la campagne et le château de la Mercerie.

 

Curiosités

Haut de page

Retour page d'accueil

 

Magnac-Lavalette-VillarsMagnac.jpg (127140 octets)

(en occitan charentais : Manhac - Vilars)

 

Etymologie

Magnac: de Manhaco 1333, de Meygnaco (Lib. feod.). Magniacum, "dom. de Magnius", gentil. dérivé de Magnus. On a aussi supposé Manniacum, de Mannius. Comp. Magné: Magniacum (D.T. Vienne). V. d'Arbois, 264; Terr., 12; Beszard, 83. La Valette: illa *vallitta, "la petite vallée" (Beszard, 171). (Jean Talbert, 1928)

Villars: de Villaribus (Lib. feod.). Villare, "le Hasmeau". Villare, à l'époique mérovingienne, est un petit lot sur un grand domaine; à l'époque carolingienne, une dépendance, un commun de la villa (Beszard, 217). 

Villars a été rattaché à Magnac-Lavalette dans les années 70.

 

Données géographiques

Magnac: Sup. 1,840 hect. 46 ares; pop. 724 hab. - Occupé par l'étage provencien, la craie blanche, et terrain tertiaire. - Pierres de taille au village de Mondot. - Altit. 191m au-dessus de Rodas. (H. Coquand, 1862). - 541 hab (Adolphe Joanne, 1883).

Villars: Sup. 534 hect. 52 ares; pop. 212 hab. - Occupé par la craie blanche et le terrain tertiaire. Altit. 221m au Nord-Ouest de la commune. (H. Coquand, 1862). - 142 hab (Adolphe Joanne, 1883).

 

Situation

Champs de culture et collines boisées. Villars fut rattaché à Magnac-Lavalette en 1970.

 

Curiosités

 La mercerie.jpg (124826 octets)

 Haut de page

Retour page d'accueil

 

 

Mouthiers sur Boëme

eglise Mouthiers.jpg (52324 octets)    Viaduc Mouthiers.jpg (88016 octets)  Rochandry Mouthiers.jpg (43432 octets)  Les Gagniers Mouthiers.jpg (92320 octets)  La Forge Mouthiers.jpg (33918 octets)

Eglise                    Viaduc            La Rochandry       Les Gagniers       La Forge

Etymologie

de Monasteriis (Lib. feod.). Monasterium. V. Montrollet. (Jean Talbert, 1928) V. Biblio

 

Données géographiques

Sup. 3,472 hect. 83 ares; pop. 1,608 hab. - Occupé par les étages carentonien, angoumien et provencien, et le terrain tertiaires. - Pierres de taille exportées dans les cantons de Blanzac, de Montmoreau et de Lavalette. Altit. 150m à l'Ouest de la commune. (H. Coquand, 1862). - 1,526 hab (Adolphe Joanne, 1883).

 

Curiosités

- Eglise du XIIe siècle.

- Belle source du gouffre de la Forge.

- Sur la Boëme, beau viaduc courbe du chemin de fer à Couteaubières (12 arches).

- Villages des environs: Près de Voeuil, camp de Voeuil ou fort des Anglais, attribué aux Romains. - Au Jars, souterrain-refuge.

- Château moderne de La Rochandry, XVe et XVIe siècle. Le château féodal fut démantelé en 1387, reconstruit au XVe et XVIe siècle puis de 1613 à 1616 par Raymond de Forgues de Lovedan, enfin en 1852.

- Gentilhommière de Forge XVIe siècle. En façade, tour ronde renfermant l'escalier. Sur l'autre face deux tours carrées encadrent le corps de logis. Au voisinage d'un étang.

- Manoir de Boisblet, fin XVIIe siècle. Tour d'angle, couronnée de modillons et couvert en poivrière.

- Manoir de La Foy, fin XVIe et XVIIIe siècle. Reconstruit fin XVIe siècle, conserve en E. une échauguette en encorbellement. Façade rajeunie au XVIIIe siècle. Date de 1719 sous le fronton triangulaire au dessus de la porte.

- Logis de La Bussière, XVIIe siècle. Lors de la réfection de l'édifice, disparition des mâchicoulis.

- Ménadeau, Tour début XVIIe siècle, pourvue de bretèches à toutes ses faces.
-Fuie (petit colombier) carrée.

 

 Haut de page

 

Retour page d'accueil

 

Ronsenac   Ronsenac.jpg (138031 octets)

(idem en occitan charentais)

 

Etymologie

Roscenaco 1090, de Roncenaco 1143 (Pouillé, III, 103); de Rocenaco (Lib. feod). *Rusciniacum, "dom. de *Ruscinius", gentil. dérivé de Ruscus. V. d'Arbois, 542. (Jean Talbert, 1928)

 

Données géographiques

Sup. 2,672 hect. 19 ares; pop. 1,165 hab. - Occupé par les étage coniacien et santonien - Carrières de pierres de taille. - Altit. 1128m au Nord de Ronsenac. (H. Coquand). - 966 hab (Adolphe Joanne, 1883).

 

Curiosités

ronsenac_prieure_exterieur.jpg (69225 octets)

 Haut de page

Retour page d'accueil

 

 

Rougnac   Rougnac.jpg (141847 octets)

(en occitan charentais : Ronhac)

 

Etymologie

de Ronhaco (Lib. feod.). *Runniacum, "dom. de Runnius", ou *Ruteniacum"dom. de Rutenius". Les deux gentilices sont connus (Beszard, 98). Jean Talbert, 1928

 

Données géographiques

Sup. 2,088 hect. 24 ares; pop. 1,042 hab. -Occupé par l'étage campanien et les terrains tertiaires. - Fer à la Feige. Altit. 205m au Cledou. (H. Coquand, 1862). - 822 hab (Adolphe Joanne, 1883).

 

Situation

Sur le plateau élevé qui sépare le bassin de la Charente et celui de la Gironde, au coeur de la forêt d'Horte, Rougnac est accroché au versant d'une colline qui domine la vallée de la Manaure. La Manaure, affluent de la Lizonne, sort d'un étang, au pied du château du Repaire. Région de bois de châtaigniers. Fabrication de cercles pour futailles.

 

Curiosités

Repaire Rougnac.jpg (86021 octets)

 

Métiers

Feuillardiers ou Cercliers. Le cerclier, installé dans sa "loge", recouverte d'éclats de bois, il sélectionne le feuillard - tige de châtaignier -. Avec la serpe, il enlève les branchages et les noeuds et le fend en deux pour obtenir un cercle de tonneau. Le cercle est aplani, déligné, cintré à l'aide d'une machine. A l'heure actuelle, il y a encore deux cercliers à Rougnac.

 

Anecdote

Nicolas Raimond, sieur de Ribérolle et du repaire de Rougnac, en 1577, tua Marsault Feret, maître de verrerie à Rougnac, blessa plusieurs compagnons de ce dernier et incendia la grange de la verrerie. Le sieur de Ribérolle, poursuivi devant les Grands-Jours de Poitiers, en 1579, fut condamné à la décapitation. Heureusement pour lui, la condamnation était par contumace et Nicolas Raimond ne s'en porta pas plus mal. Peut-être y eut-il quelques arquebusades ou "batteries de canon", mais le sieur de Ribérolle ne put être appréhendé. Usant du crédit qu'il avait auprès du prince de Condé dans les troupes duquel il avait servi en qualité de gentilhomme protestant, Raimond obtint du roi, le 12 juillet 1581, des lettres de rémission par lesquelles fut aboli et effacé le crime dont il s'était rendu coupable.
M. Burias, Bulletins et Mémoires de la Société Archéologique et Historique de la Charente, Tome
V, année 1947

 

 Haut de page

Retour page d'accueil

 

Saint-Amand de Montmoreau  Montmoreau.jpg (120335 octets)

 

 

Etymologie

Amancius prope Montem-Maurelli, Sanctus Amandus (Lib. feod.). V. Saint-Amant-de-Graves (même patron) et V. Montmoreau. Sous la Terreur: Amand-Libre. (Jean Talbert, 1928); Epoque révolutionnaire: Amand Libre (J. Baudet et J. Chauveaud)

 

Données géographiques

Sup. 2,734 hect. 23 ares; pop. 1,055 hab. - Occupé par l'étage campanien et les sables tertiaires. - Mines de fer en grains près de Saint-Gilles. - Tourbe à Laborde. - Altit. 177m au Sud du Saut. (H. Coquand, 1862). - 946 hab (Adolphe Joanne, 1883).

 

Curiosités

 

 Haut de page

Retour page d'accueil

 

 

St Cybardeaux  St Cybardeaux.jpg (125246 octets)

 

 

Etymologie

de Ilice, de Illice, Sanctus Eparchius de Ylice 1200, Stus Ep. de Hylice 1293 (Lib. feod.); Sanctus Eparchius de Aquis, olim de Ilice (Pouillé, I, 478). "St Cybard de l'Yeuse". La forme correcte serait donc St Cybard d'Au. Comp. Satices, devenu Saux, Saulx (Long., 161). Jean Talbert, 1928; Epoque révolutionnaire: Cibardeaux sur Nouère (ou Cybardeaux) Frimaire an 2 (J. Baudet et J. Chauveaud)

 

Données géographiques

Sup. 2,101 hect. 12 ares; pop. 1,650 hab.. - Occupé par le terrain jurassique supérieur. - Vignobles. - Altit.138m au Sud. (H. Coquand, 1862). - 1,275 hab (Adolphe Joanne, 1883).

 

Curiosités

 

 Haut de page

Retour page d'accueil

 

 

Segonzac  Segonzac.jpg (142915 octets)

 

 

Etymologie

Secundiacum 1097 (Cart. égl. Ang.). Secundiacum, "dom. de Secundius" (d'Arbois, 314). (Jean Talbert, 1928)

 

Données géographiques

Sup. 3,453 hect.; pop. 2,784 hab. - Occupé par la craie blanche et quelques lambeaux tertiaires. - Mauvais Moëllons. - Altit. 82m à Segonzac. (H. Coquand, 1862); [1883] 2,570hab (Adolphe Joanne); [1999] INSEE 2,176hab.;

Capitale de la "Grande Champagne"

 

Curiosités

 Haut de page

Retour page d'accueil

 

Vaux-LavaletteVaux.jpg (117900 octets)
(en occitan charentais : Vau)

 

Etymologie

de Vallibus (Lib. feod.). Valles, "les vallons". Pour La Valette, V. Magnac-la-Valette. Jean Talbert, 1928

 

Données géographiques

Sup. 677 hect. 24 ares; pop. 297 hab. - Occupé par la craie blanche et le terrain tertiaire. Altit. 126m au Signal. (H. Coquand). - 256 hab (Adolphe Joanne, 1883).

 

Situation

A proximité de la "route des Crêtes".

 

Curiosités

- Eglise Saint-Blaise, clocher-arcade. - En Dordogne: Tourbières de Vendoire.

 

 Haut de page

Retour page d'accueil

 

 

Villebois-Lavalette
(en occitan charentais : Vilabòsc-La Valeta)

 Villebois.jpg (161489 octets)                        Villebois chateau.jpg (68239 octets)              Villebois chateau 2.jpg (47121 octets)

Etymologie

de Villa Boast, Villebone, de Villa Boen (Cart. St-J.d'Ang.); Villaboen 1242, Villaboe 1243, Villamboe 1333 (Lib. feod.); Villabohe 1246 (Cart. Barb.); de Villabovis, de Villa bovis (B.S.A., 1865, 98). Villa Baudaste, "dom. de Baudastis", nom germ. (Foerst., 217. Comp. Boisville-la-Saint-Père (D.T. Eure-et-Loire), dont voici les formes anciennes: Bodasivilla vers 954, Boesvilla 1090, Boasi Villa vers 1100, Boeinvilla vers 1250, Boivilla 1252, Besvilla 1270, Boevilla 1272, Boyville 1366. Le composé avec "Ville" (premier élément) est fréquent en Charente. La Valette: V. Jean Talbert, 1928

 

Données géographiques

Sup. 32,478 hect. /711 hect. 42 ares; pop. 13,880 /941hab. -Occupé par les étages coniacien et santonien et par la craie blanche. -Moëllons. -Altit. 194m sur la Butte.- (H. Coquand, 1862). - 878 hab (Adolphe Joanne, 1883). Capitale du Pays d'Horte.

 

Curiosités

 

 Haut de page

Retour page d'accueil

 

 

DORDOGNE